Dans la continuité du Festival d’Avignon 2009, que penser du Théâtre du Chêne Noir ?

Merci de patienter...

Théâtre du chêne noir avignonCoup de gueule…

Une programmation de qualité, c’est certain. On doit à son directeur, l’extraordinaire pièce « Guantanamo », du théâtre politique, engagé. A priori, il a encore fait mouche avec sa nouvelle création « Confidences à Allah » spectacle complet pendant toute la durée de notre séjour avignonnais.

Le chêne noir reste un lieu difficile à cerner, à la frontière du in et du off, qui n’apparaît pas dans le programme du off cette année (trop confus ai-je entendu dans les couloirs du théâtre). Et que dire du fait qu’aucune réservation n’est possible par téléphone sauf à régler par carte bancaire en communiquant allégrement toutes nos coordonnées… le paiement sécurisé sur le site est pourtant à la portée de tous quant à sa mise en place !

Merci de patienter...

2 réflexions au sujet de “Dans la continuité du Festival d’Avignon 2009, que penser du Théâtre du Chêne Noir ?

  1. J’ajouterai qu’en plus on peut se faire piéger avec cet élitisme fricotant avec le star system…

    Comme ce fut le cas avec « L’amour de l’art », pièce fade mise en scène avec si peu d’entrain qu’on a tous frisé l’ennui (unanimité absolue !). Le spectacle le plus cher du séjour, salle bondée, presse convoquée, caméras à la sortie, sourires mondins de circonstance. Du De Caunes en guimauve, avec une Emma à 50% et un amoureux bien tiède. Bof !

    Le plus rageant, c’est de constater que des bijoux de mise en scène et de présence scénique, comme le Don Quichotte(e) de Jean-Luc Bosc servi par deux actrices époustouflantes, se joue dans une minuscule salle de classe, au confort si spartiate que toute Emma De Caunes aurait vu son public disparaître en 5mn !

    Une honte. Avignon, c’est parfois et malheureusement aussi cette injustice d’un art qui ne se donne pas en titre…

  2. Pour avoir fait le Festival à l’intérieur du Off il y a longtemps et en tant que spectatrice cette année, je ne peux qu’adhérer au coup de gueule de Nadine et à la critique du spectacle « L’amour de l’art » de Thierry. Texte peu intéressant, direction d’acteur inexistante… Emma de Caunes sympathique mais non dirigée, seul le rôle du régisseur est bien tenu.
    Le Chêne noir cède aux sirènes parisiennes et ne reconnait pas ce qu’il doit au off, sans lequel il serait sans notoriété au-delà du Vaucluse dans le monde théatral.

Laisser un commentaire

Share This