Deux frères, Yann et Alexandre, complices et rivaux à la fois, étudiants à Paris dans les années 60 vont être amoureux de la même jeune femme, Maria. C’est leur histoire, à rebondissement, que l’on suivra jusqu’aux années 2000. L’un, le normalien, le cérébral, en rêvera et l’autre, le professeur de lettres, jouisseur de la chair et de toutes les chairs l’épousera. Chacun des 3 personnages principaux de ce roman va nous raconter son histoire mais également Allis, une amie. L’un va rester sur Paris, y organiser ses vies, l’autre va fuir, tenter de nouvelles aventures. Critique, le verbe haut, c’est celui qui se fait rattraper et happer à terme par le système.

Un roman à fleur de sentiments

Le principe narratif choisi par l’auteur nous donne en permanence l’envie de découvrir davantage les protagonistes. Grâce à cette succession de chapitres courts, chacun nous livre en alternance  ses réflexions quelles soient philosophiques (on cotoie Lacan, Deleuze…) littéraires, politiques (les évènements de 68, la montée du néo-libéralisme…) ou plus intimes.

On passe 40 ans à suivre ce trio que l’on jugerait presque indestructible, programmé pour « vivre côte à côte » et destiné à se déchirer entre amour, haine et trahison.

Simonetta Greggio ménage avec brio le suspense. Cette histoire à rebondissements transcrit à merveille les affres de la passion, ses dangers et son irrésistible appel à y succomber parfois.